Category: Non classifié(e)

Des Pailles En Papier Pour Les Briques De Lait

   |   By  |  0 Comments

La coopérative laitière néerlandaise FrieslandCampina a annoncé qu’elle proposerait des pailles en papier dans toute sa gamme de produits européens qui nécessitent une paille pour la consommation.

Cette décision verra ainsi, d’ici 2021, plus de 100 millions de pailles en plastique remplacées par une alternative de papier plus durable pour répondre à l’interdiction des pailles en plastique jetables qui aura lieu en Europe dans les années à venir.

Les produits qui recevront les nouvelles pailles en papier comprendront les marques Chocomel, Fristi, Campina et Optimel aux Pays-Bas, Pöttyös en Hongrie et Yazoo au Royaume-Uni et Cécémel, Joyvalle et Fristi en Belgique.

Patrick van Baal, directeur mondial du développement des emballages chez FrieslandCampina, a parlé de la nouvelle initiative : « Il n’est pas facile de développer une paille en papier solide, flexible et hygiénique, qui ne ramollisse pas trop rapidement en buvant. En outre, la paille doit être dégradable au cas où il se retrouverait accidentellement dans l’environnement. Après de nombreux tests, nous avons réussi à développer une paille répondant à toutes ces exigences. »

Plus d’informations sur www.frieslandcampina.com

Des pailles en papier pour les briques de lait

   |   By  |  0 Comments

La coopérative laitière néerlandaise FrieslandCampina a annoncé qu’elle proposerait des pailles en papier dans toute sa gamme de produits européens qui nécessitent une paille pour la consommation.

Cette décision verra ainsi, d’ici 2021, plus de 100 millions de pailles en plastique remplacées par une alternative de papier plus durable pour répondre à l’interdiction des pailles en plastique jetables qui aura lieu en Europe dans les années à venir.

Les produits qui recevront les nouvelles pailles en papier comprendront les marques Chocomel, Fristi, Campina et Optimel aux Pays-Bas, Pöttyös en Hongrie et Yazoo au Royaume-Uni et Cécémel, Joyvalle et Fristi en Belgique.

Patrick van Baal, directeur mondial du développement des emballages chez FrieslandCampina, a parlé de la nouvelle initiative : « Il n’est pas facile de développer une paille en papier solide, flexible et hygiénique, qui ne ramollisse pas trop rapidement en buvant. En outre, la paille doit être dégradable au cas où il se retrouverait accidentellement dans l’environnement. Après de nombreux tests, nous avons réussi à développer une paille répondant à toutes ces exigences. »

Plus d’informations sur www.frieslandcampina.com

La terrible photo d’un oisillon nourri avec un mégot de cigarette

   |   By  |  0 Comments

Une Américaine a photographié en Floride un oisillon se nourrissant d’un mégot de cigarette. En Europe, il s’agit du déchet le plus retrouvé sur les plages.

L’image est terrible : sur Facebook, le 24 juin 2019, l’Américaine Karen Mason a photographié un Bec-en-ciseaux noir (Rynchops niger) – une espèce en déclin selon l’Union internationale pour la conservation de la nature – nourrissant son oisillon avec un mégot de cigarette. La scène s’est déroulée sur une plage de Floride, aux Etats-Unis.

Ne pas considérer les plages “comme un cendrier géant”

“Si vous fumez, s’il vous plaît ne laissez pas vos mégots derrière”, écrit la photographe sur sa publication. “Il est temps de nettoyer nos plages et de ne plus les traiter comme un cendrier géant”, note-t-elle deux jours plus tard en partageant une nouvelle image sur Facebook, de l’oisillon tenant le mégot dans son bec. Interrogée par la BBC, un porte-parole de la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) explique : “De nombreux oiseaux sont curieux de savoir ce que nous jetons derrière nous et vont souvent enquêter pour savoir s’il s’agit de quelque chose de comestible ou non”. Dans ce cas, le parent de l’oisillon a malheureusement considéré que le mégot était un aliment pouvant être consommé par son petit.

Des mégots dans les nids des oiseaux

Selon le Ministère de la Transition écologique et solidaire qui cite une étude de la Commission européenne, “les mégots de cigarette seraient le déchet plastique le plus retrouvé sur les plages européennes, juste après les bouteilles en plastique”. “On estime entre 20.000 à 25.000 tonnes la quantité de mégots jetés chaque année en France” seulement. Des oiseaux en viennent même à les utiliser pour confectionner les nids car ils sont si nocifs qu’ils peuvent repousser les parasites notamment les tiques. Ces arachnides sont un véritable fléau capable de mettre en danger la vie des oisillons. Mais les mégots de cigarettes sont particulièrement toxiques et engendrent des dommages cellulaires.

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/oiseaux/la-terrible-photo-d-un-oisillon-nourri-avec-un-megot-de-cigarette_135205

Par Anne-Sophie Tassart le 04.07.2019 à 12h29

Les industriels de la boisson se déclarent en faveur de la consigne

   |   By  |  0 Comments

Une tribune en ce sens est parue sur le jdd.fr alors que le projet de loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire doit être présenté mercredi au conseil des ministres.

Les représentants des fabricants et distributeurs de boissons se déclarent favorables à la mise en place de la consigne des bouteilles plastique et canettes aux fins de recyclage, dans une tribune parue samedi soir 6 juillet sur le jdd.fr. Le projet de loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire doit être présenté mercredi au conseil des ministres par la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson, qui soutient un système de consigne.

“La consigne pour le recyclage des emballages de boissons est nécessaire à une économie vraiment circulaire”, estiment les signataires de la tribune. “Le dispositif actuel ne permet pas de faire progresser assez vite le tri et le recyclage de nos déchets ménagers. Il ne permet pas d’atteindre les objectifs nationaux et européens de 90% de collecte pour recyclage des bouteilles en plastique et de 30% d’intégration de matière recyclée”, écrivent-ils.

Les signataires représentent Boissons énergisantes France (BEF), Boissons rafraîchissantes de France (BRF), la Maison des eaux minérales naturelles (MEMN), la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), la Fédération nationale des boissons (FNB), la Confédération nationale du commerce de gros et international (CGI), le Syndicat des eaux de sources (SES), le Syndicat national du lait de consommation, l’Union nationale interprofessionnelle des jus de fruit, et enfin Citeo.

“Un vrai tournant écologique”

“Seuls les pays ayant adopté un système de consigne pour recyclage atteignent, voire dépassent, l’objectif de 90% de collecte. En Finlande, 91% des bouteilles en plastique PET consignées sont retournées; 90% au Danemark et 97% en Allemagne. Cette réalité oblige à étudier sérieusement cette solution pour la France”, expliquent-ils. “La mise en place de la consigne pour recyclage s’inscrirait dans un contexte plus large d’évolutions du modèle de collecte sélective et de tri”, disent-ils, évoquant la généralisation de la collecte des biodéchets d’ici à 2025, “l’harmonisation nationale des couleurs des bacs ou la généralisation d’un tri séparé du papier-carton”.

Ce “saut de performance” cependant “ne sera possible que si tous les acteurs engagent des discussions”. Des fédérations professionnelles du recyclage ont de fait exprimé des réserves sur la consigne. La Fnade, la fédération des entreprises du recyclage et du traitement des déchets, se préoccupe du “coût associé” à sa mise en place. La fédération Federec préconise plutôt un nouveau mode de tri “clarifié et simplifié”.

A propos de la consigne, “je ne crois pas à une solution à la va-vite”, a déclaré Mme Poirson au JDD. “Le principe est arrêté car c’est le seul qui garantit des niveaux de collecte très élevés, mais il reste à déterminer le + comment+. Est-ce qu’il faut une consigne pour le recyclage, pour le réemploi, uniquement pour les emballages plastiques ou aussi pour le verre ?”. Pour elle, “cette loi marquera un vrai tournant écologique” et constituera “une réponse au débat stérile entre croissance et décroissance”.

Le projet de loi veut notamment renforcer le principe du pollueur-payeur . “Des pans entiers de notre économie ne prennent pas en charge le traitement de leurs déchets, supporté par les collectivités, donc par les impôts locaux : les articles de bricolage, de jardinage, de sport, les jouets, les mégots… Ça va changer”, dit-elle. “On produit l’équivalent de 5 T de déchets par an et par personne (…) Un des secteurs qui doivent réagir, c’est la construction”, ajoute-t-elle, relevant que “600  kilos sont des déchets ménagers, 700  kilos des déchets d’entreprise. Tout le reste vient du BTP .”

https://www.challenges.fr/entreprise/environnement/les-industriels-de-la-boisson-se-declarent-en-faveur-de-la-consigne_662780

Par Challenges.fr le 07.07.2019 à 12h00